Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château d'Ecouen

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Lastours XIIIe, XVIe siècles.


L'entrée du château est percée dans la courtine sud. Le sommet de cette dernière a été en grande partie restauré. La porte, en anse de panier, est intacte (début XVIe siècle). Une herse, dont les rainures subsistent toujours, barrait le passage. Un pont de pierre à deux arches enjambant les douves (largement comblées), permettait d'accéder au château. Seules quelques pierres de voûtes ont été retrouvées lors des travaux de déblaiement.

On découvre, à droite de cette entrée, la tour de la Chapelle. Cet ouvrage cylindrique a subi une restauration extérieure importante, mais reste néanmoins la mieux conservée du site. A sa base se remarquent deux archères-canonnières, l'une flanquant l'entrée et l'autre la courtine sud. Le rez-de-chaussée est appelé la cuisine, car ce niveau conserve la trace de deux fours : un petit, dans l'épaisseur du mur, et un plus grand, construit côté cour contre la tour. Au premier étage, une salle hexagonale autrefois voûtée sur six nervures (la voûte a malheureusement cédé en 1977 à cause d'une végétation envahissante) abrite la chapelle. La fente de jour, au motif trilobé, donne l'axe de l'autel. L'étage supérieur, encore visible, était à usage domestique ou défensif.

A gauche de l'entrée, se trouve la tour la plus imposante du site. En forme de fer à cheval, elle s'élève, aujourd'hui encore, à 16 m de hauteur et mesure 13,50 m de diamètre. Elle fait partie du logis sud-ouest qui a conservé, au nord, la base du logis roman (restauré jusqu'au niveau du premier étage). Cette tour, de forme intérieure hexagonale, possède cinq niveaux sous toiture. Au deuxième étage subsistent les jambages d'une cheminée. Une seconde tour, plus petite, elle aussi en forme de fer à cheval, flanque le logis sur son côté ouest.

Il ne reste que peu de choses du logis nord, excepté les soubassements du premier niveau, des arrachements des voûtes et les premières marches d'un escalier à vis, qui prenait place à l'angle des deux logis. Les deux tours circulaires le flanquant sont mieux préservées. La tour nord-est a conservé, du côté des douves, sa hauteur d'origine. Elle possède au rez-de-chaussée deux canonnières de forme rectangulaire. La tour nord-ouest, totalement détruite sur les deux tiers de sa circonférence, a été restaurée jusqu'à la base du premier étage. Elle dispose des mêmes atouts défensifs.

Le donjon carré (8,75 m de côté) à contreforts plats subsiste sur une hauteur d'environ 26 m sur ses faces nord et est. Il a été emmotté à une période indéterminée, mais la construction de la cour centrale l'a en partie rogné. Au rez-de-chaussée subsiste une salle voûtée (seul vestige de l'époque romane) qui communique avec la salle supérieure par un trou d'homme. Les étages, munis chacun d'une cheminée, étaient desservis par un escalier à vis, dont une fente de jour pratiquée dans le contrefort de l'angle nord-est assurait l'éclairage. Au premier étage, côté nord et à dix mètres du sol actuel, se voit la porte d'entrée (sous arc surbaissé avec feuillure du pont-levis) surmontée d'un écusson. Les second et troisième étages ont conservé, côté est, leur fenêtre à coussiège (banquette de pierre).




précédente - suivante