Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Châteaudun

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





La tour (XIIIe) et la collégiale (XIIe) de Saint-Yrieix-la-Perche.


La tour du Plô :

La tour vicomtale est un donjon carré (7,90 m de côté) construit en dalles de schiste brun empilées à plat. L’encadrement des baies est en granit blanc soigneusement taillé. Comme ses « cousins » limousins, il est muni sur chaque face de deux contreforts plats. Haut d’une vingtaine de mètres, il se compose de quatre niveaux. Le rez-de-chaussée, aveugle, servit de prison (mentions en 1298 et 1317). On accédait à la tour par une porte, en arc légèrement brisé, située au 1er étage sur le mur sud-est (entrée non visible aujourd’hui car masquée par la toiture d’une maison). Bien que tour non habitable (le logis du prévôt devait servir de résidence) le 2ème étage possède quelques attributs résidentiels : un hourd/balcon/latrines sur la face sud-ouest dont il ne reste que la porte d’accès et deux baies (dont une géminée). Le 3ème étage possède trois baies géminées dont deux possèdent encore leur colonnette. La baie du sud-est ne conserve que sa pierre d’appui.

Il est à noter que toutes les ouvertures se répartissent sur trois côtés, le mur nord-est donnant sur le clocher de la collégiale restant totalement aveugle.

La collégiale du Moustier :

Afin d'offrir un édifice plus vaste et plus lumineux aux reliques du fondateur du monastère et protecteur de la cité, l'abbatiale Saint-Hilaire fut démolie pour faire place à la collégiale. Celle-ci s'éleva en phases successives : le chœur, la chapelle au nord du chœur, le bras nord du transept aligné sur la chapelle et donnant sur la salle capitulaire (aujourd'hui disparue), la nef au clocher roman (des difficultés financières et judiciaires obligèrent les constructeurs à n'édifier que deux travées sur les quatre initialement prévues et à conserver l'ancien clocher roman), le bras sud du transept avec sa façade surmontée d'un Christ rédempteur). Après la démolition d'une chapelle, la fin du XIIIe siècle on acheva l'édifice par la construction de la chapelle sud, longeant le chœur.




précédente - suivante