Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Tour Jean sans Peur

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Vincennes, XIV, XIXe siècle.


Textes et photos ©


Plan du château au XVIe siècle, d'après Jacques Androuet du Cerceau.

Parmi les innombrables châteaux attribués au grand bâtisseur que fut Charles V, un seul nous est parvenu : Vincennes ! Il n'est plus certes que l'ombre de lui-même, sans commune mesure avec la représentation figurant dans les " Très Riches Heures du Duc de Berry ", ou sur la gravure d'Israël Silvestre, vers 1650. La plupart des remparts n'existent plus et la majeure partie des tours ont été dérasées.

Une très vaste enceinte rectangulaire de 330 m sur 175, délimitant près de six hectares, est flanquée de neuf tours rectangulaires. Sept possèdent des contreforts. Les Tours du Bois, des Salves et du Village, disposées respectivement sur les flancs sud, est et nord, permettaient d'accéder à la place. Seule cette dernière a conservé son élévation d'origine. Elle abrite de grands appartements sans doute réservés à quelque proche du pouvoir royal. De larges baies dispensent une lumière généreuse et de grosses cheminées assuraient autrefois le réchauffement des volumes. Des latrines sont à disposition, offrant des commodités fort appréciées à l'époque. Chaque tour constituait donc une entité autonome où pouvaient loger les fidèles du roi. Au cœur de la cour trône la Sainte Chapelle, commencée à la fin du XIVe siècle et achevée… deux siècles plus tard !

La vaste courtine ouest est interrompue par les fossés et l'enceinte, propres au grand donjon. Les fossés atteignent ici une profondeur de 15 m pour une largeur de 22. Les murailles de l'enceinte du donjon forment un carré parfait de 50 m de côté, le long duquel court un chemin de ronde crénelé et pourvu de mâchicoulis. Les angles sont dotés de petites échauguettes et la porte principale, selon le schéma capétien, s'ouvre à l'est entre deux gros cylindres protecteurs. Une petite issue secondaire ménagée dans la face opposée, permettait autrefois de se rendre dans les jardins.

Le donjon s'élève au centre de cette seconde place. Il atteint la prodigieuse hauteur de 52 m (contre 54 à Coucy !). Il est l'œuvre de trois campagnes de travaux successives : Sous Philippe VI d'abord, on prépare les fondations et on établit le plan au sol ; Jean II ensuite, à compter de 1361, fait dresser les trois premiers étages (le chantier est sans doute stoppé après le départ du roi pour l'Angleterre, en janvier 1364 ) ; Charles V enfin, double quasiment sa hauteur. Il s'agit d'un carré de 16 mètres de côté, flanqué aux quatre angles de gros cylindres très saillants. Une tour de latrines carrée forme un appendice étonnant à la tourelle nord-ouest. À l'intérieur, chaque niveau est voûté en ogives. Les nervures s'échappent d'un pilier central, rejoignent la clef de voûte et viennent mourir sur des culots finement ouvragés. D'imposantes cheminées assurent le chauffage et, là encore, d'amples fenêtres percent les murailles. Les monarques habitaient au second étage, dans l'appartement préparé à leur intention. Le donjon de Vincennes est donc avant tout une tour résidence. Son sommet est doté d'un chemin de ronde sur mâchicoulis, sans doute autrefois crénelé.




précédente - suivante