Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Abbaye Saint-Pierre de Mozac

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Vincennes, XIV, XIXe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • fin du XIIe siècle par Philippe II Auguste.
Sous le règne de :
  • Philippe II Auguste (1180-1223).
Grandes dates :
  • Av 1346 : Philippe VI lance les premiers travaux du château actuel.
  • 1361 : Reprise du chantier de Vincennes par Jean II le Bon.
  • 1369 : Charles V termine le donjon de Vincennes.
  • Av 1380 : Achèvement de la grande enceinte extérieure.
  • vers 1660 : le front sud du château est réaménagé par Louis XIV.
  • XIXe siècle : la forteresse est modernisée. Des casemates sont installées, les tours sont dérasées au niveau des courtines.
Principal intérêt :
  • La château de Vincennes est l'œuvre majeure du roi Charles V. Son plan grandiose et homogène est sans équivalent à l'époque. Son vaste donjon résidentiel à relancé la mode de ce type d'édifice démodé depuis la fin XIIe siècle.
Statut :
  • Classé Monument Historique. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

" Vissaine ", séjour très prisé des rois de France depuis Louis VII (mort en 1180) pour ses bois giboyeux, fait l'objet d'une implantation immobilière dès le règne de Philippe Auguste. On édifie alors un premier manoir, dont le plan au sol est aujourd'hui connu grâce à un important programme de fouilles archéologiques. C'est Philippe VI qui débute la construction de l'actuel édifice. Arrêtée par le désastre de Coucy (1346), c'est Jean II le Bon qui reprend l'idée à son compte après son retour d'Angleterre (1360). Bien vite contraint de regagner sa geôle dorée d'Albion, le roi abandonne son chantier. Il revient à Charles d'achever l'œuvre de ses aïeux. Mais c'est d'une véritable place capable de l'abriter, lui et sa famille, sa cour et son gouvernement, dont il rêve. Comme le souligne fort judicieusement Jean Mesqui, " Charles V concevait Vincennes comme une sorte de monde clos abritant l'élite du royaume. " Un tel ouvrage à quelques lieues d'une capitale dont le roi ne connaissait que trop bien la propension à la révolte, se serait révélée une carte majeure en cas de crise.

L'intérêt des rois de France pour Vincennes ne se démentira pas et sans doute pour cette même raison : la population parisienne peut s'enflammer à chaque instant. Sous Louis XIV, de grandes ailes seront bâties et la forteresse perdra une large partie de son âme médiévale. Donnée à l'armée par Bonaparte, elle subit à nouveau de nombreuses modifications. Dans ses Douves est fusillé l'infortuné duc D'Enghien : "Fait, clos et jugé sans désemparer, à Vincennes, les jour, mois et heure que dessus : 30 ventôse an XII de la République (nuit du 15 au 16 mars 1804), à deux heures du matin."

Vincennes incarne la quintessence du grand principe érigé en flambeau par les bâtisseurs des années 1350-1450 : la défense. Mais sans jamais rien céder au confort !




précédente - suivante