Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Brancion

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Cathédrale de Soissons, XIIe, XIVe siècle.


Textes et photos ©


Plan de la cathédrale Notre-Dame de Laon d'après Eugène Viollet le Duc.

La cathédrale Notre-Dame de Laon fait partie avec Beauvais, Amiens, Soissons et Noyon des cinq cathédrales picardes. Elle épouse le plan traditionnel de la croix latine, mais présente la particularité de posséder un chevet plat. Sa façade massive percée de l'une des plus anciennes rosaces, est encadrée par deux hautes tours, très ajourées dans les niveaux supérieurs. Les balustrades ciselées et ajourées, les gargouilles, les colonnettes confèrent à l'ensemble une impression de légèreté et d'élégance raffinée. On remarque bon nombre de sculptures, pour certaines assez largement refaites au XIXe siècle, et notamment diverses reproductions du fameux bœuf de la légende. Cela est conforme à la représentation figurant sur le folio 19 du carnet de Villard de Honnecourt (voir cliché 5 du diaporama), ingénieur et architecte picard du XIIIe siècle. En son temps déjà, il donnait les tours de Laon comme " les plus belles du monde ". Les murs latéraux sont percés dans les niveaux supérieurs de larges fenêtres. Au niveau du transept s'élèvent deux nouveaux clochers et une massive tour lanterne à la croisée du transept. Au nord, les bâtiments épiscopaux s'articulent autour de l'ancien cloître. Le massif occidental est percé de trois portails ornés d'une riche statuaire.

La longue nef à dix travées s'élève sur quatre niveaux : grandes arcades, larges et belles tribunes, triforium et fenêtres hautes. Elle est couverte de voûtes sexpartites culminant à 26 m. Les deux bras du transept s'achèvent par des croisillons plats et à la croisée s'envole une tour-lanterne de 42 m. Elle ne semble pas carrée, mais plutôt légèrement trapézoïdale. Elle possède une voûte à huit nervures. Le chœur fermé par une grille est cerné d'un déambulatoire à chapelles latérales. Elles ont été fermées aux XVIe et XVIIe siècles de clôtures en pierre finement ouvragées. Le sol est couvert de dalles funéraires en marbre noir. Le chevet plat est percé de longues verrières surmontées d'une belle rosace.




précédente - suivante