Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château de Maisons-Laffitte

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Cathédrale de Laon, XIIe, XIVe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Fondation de l'évêché vers 511.
Sous le règne de :
  • Le roi de Paris Childebert I (511-558)
Grandes dates :
  • 800 : Dédicace de la cathédrale carolingienne en présence de Charlemagne.
  • 936 : Sacre de Louis VI d'Outremer à Laon.
  • 938 : Louis d'Outremer s'empare de la ville.
  • 1111 : Première charte communale octroyée par l'évêque Gaudry.
  • 1112 : Insurrection de la population. L'évêque Gaudry est massacré. Répression royale.
  • 1128 : Charte communale confirmée par Louis VI le Gros.
  • 1155 : Début de la construction de la cathédrale gothique.
Principal intérêt :
  • Le site exceptionnel occupé par la cathédrale, au sommet de la montagne de Laon, mérite à lui seul d'être élevé au rang de ces merveilles de la nature. La cathédrale gothique, l'une des plus anciennes du genre, a servi de modèle à de prestigieuses héritières, Chartres et Reims notamment. L'intérieur bénéficie de la clarté d'une splendide tour lanterne. La nef, avec ses quatre niveaux d'élévation et ses voûtes sexpartites, reste un classique du genre.
Statut :
  • Classée Monument Historique en 1840. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Laudunum, ancien nom de la ville de Laon, est composé du suffixe latinisé dunum, désignant un lieu fortifié dans la langue celtique. La configuration du site se prêtait en effet depuis les temps les plus reculés à l'établissement d'un oppidum. Des fouilles ont permis la mise au jour de traces d'occupation dès l'époque néolithique et de vestiges datant de l'époque romaine, sans qu'il soit cependant possible de restituer l'urbanisme antique. La ville, dont la fonction administrative nous est inconnue, se dota d'une enceinte au Bas-Empire. Mais l'histoire de Laon à cette époque reste passablement dissimulée dans les limbes de l'Histoire.

C'est vers 511 qu'elle paraît prendre une dimension nouvelle. Dans le partage du royaume des Francs entre les fils de Clovis, elle échoit au roi de Paris Childebert I (511-558) alors que Reims est octroyée à son demi-frère Thierry. En compensation, semble-t-il, saint Rémi de Reims accepte le démembrement de son diocèse et l'installation d'un évêque sur la montagne couronnée. L'importance de Laon ne cesse de croître jusqu'à l'époque carolingienne.

Louis IV d'Outremer y est sacré en 936. Les Annales de Flodoard démontrent qu'elle est l'enjeu d'innombrables querelles entre Hugues le Grand (ancêtre des Capétiens), le terrible comte Herbert de Vermandois et le roi Louis IV. A l'année 938, le chanoine rémois rapporte notamment : " Cependant le roi Louis, rappelé par l'archevêque Artaud, revint, entra dans Laon, et assiégea une nouvelle citadelle bâtie dernièrement en ce lieu par Héribert. Il fit miner et renverser par beaucoup de machines le mur, et la prit enfin avec beaucoup de peine. " Laon restera l'une des ultimes possessions d'envergure réellement aux mains des Carolingiens. A la mort de l'ultime descendant de Charlemagne, l'évêque profite du vide pour s'accaparer du pouvoir comtal.

Au commencement du XIIe siècle, l'évêque Gaudry dirige la ville. Ses mœurs sont réputés corrompus et il est haï de la population pour sa conduite et son âpreté au gain. Sous la contrainte, il doit octroyer une charte communale en 1111. Une révolte de la population éclate en 1112, au cours de laquelle Gaudry est massacré. L'armée royale intervient dans la foulée et réprime durement le meurtre du prélat. La commune sera néanmoins confirmée en 1128. La ville passe dès lors dans l'orbite royale.

Plusieurs édifices se sont succédés à l'emplacement de l'actuelle cathédrale. Un premier groupe épiscopal existait sans doute dès l'époque mérovingienne, même si aucune trace n'en est connue à ce jour. L'évêque disposait obligatoirement d'un édifice pour célébrer le culte et des bâtiments pour se loger avec son administration. Une nouvelle cathédrale s'éleva à la fin du VIIIe siècle. Charlemagne assista à sa dédicace en l'an 800. Au XIe siècle, elle fut remplacée par un édifice roman, probablement très endommagé durant les émeutes de 1112.

La construction de la cathédrale gothique débute après 1150, à l'instigation de l'évêque Gautier de Mortagne. Il s'agit donc de l'un des plus anciens édifices gothiques, lancé avec Noyon et Soissons dans la foulée de l'abbatiale Saint-Denis de l'abbé Suger. Une légende parle d'un attelage de quatre bœufs chargé de monter au sommet de l' " acropole " les matériaux nécessaires à la construction. Comme l'un des quadrupèdes donnait d'inquiétants signes de faiblesse, un animal surgit miraculeusement pour prendre sa place. En hommage à ce valeureux bestiau, des bœufs de pierre trônent au sommet des tours de la cathédrale.




précédente - suivante