Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Caen

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Abbaye du Mont-Saint-Michel, Xe, XVIe siècle.


Textes et photos ©

Le corset militaire :

Les versants ouest et nord de l'îlot rocheux sont de loin les plus abrupts et s'avèrent difficilement accessibles à une troupe hostile, même à marée basse (dangerosité de la baie, sables mouvants, puissance des marées…). Aussi les architectes médiévaux jugèrent-ils ces côtés suffisamment défendus par les caprices de la nature. Ils concentrèrent donc leurs efforts au sud et à l'est. Au XVIe siècle, on pénétrait dans l'enceinte par la porte de l'Avancée (porte du village) et l'on devait ensuite franchir deux autres portes : porte du Boulevard et porte du Roi. Cette dernière était dotée de pont-levis charretier et piétonnier. Un autre accès existe via le bâtiment des Fanils, caserne des gardiens de la prison et établie au XIXe siècle.

 

L'enceinte est pour sa part flanquée d'une demi-douzaine de tours construites principalement au XVe siècle. La tour Boucle (à l'Est) et la tour Gabriel (à l'Ouest) sont bien plus grosses que les autres et comportent deux niveaux couverts destinés à abriter des canons. La tour Boucle avec son plan en bastion est très en avance sur son temps. La tour Basse (Sud-Est) a été bâtie au XVIIIe siècle en remplacement d'une tour similaire à la tour Boucle.

Le village :

Les maisons sont disposées de part et d'autres de la Grande Rue, artère principale du Mont. Elle est aujourd'hui bordée d'échoppes et de boutiques de souvenirs en tous genres. Des venelles et des escaliers serpentent entre les constructions, à flanc de colline. La Grande Rue s'élève lentement pour donner au pied du Grand Degré, escalier emmenant vers l'abbaye.


L'abbaye :

L'entrée est défendue par un châtelet dominant l'impressionnant escalier du Gouffre. Les gardes se tenaient dans une salle ménagée à leur intention et portant leur nom. Au sud s'élèvent les logis abbatiaux et au nord la merveille. L'abbaye se dresse sur trois niveaux, englobant le rocher primitif.

Niveau inférieur (plan ci-dessous) :

Les bâtiments sont adossés au rocher. On trouve à ce niveau dans la Merveille, le cellier et l'aumônerie.


Niveau intermédiaire (plan ci-dessous) :

Dans la Merveille, c'est à ce niveau que se situent la salle des Chevaliers et la salle des Hôtes. On trouve également la crypte de l'église abbatiale (crypte des Gros piliers) et la fameuse chapelle Notre-Dame-Sous-Terre, lieu de culte préroman et plus ancien vestige conservé. La surface occupée par le rocher est de plus en plus restreinte.

Niveau supérieur : Le cloitre et le réfectoire (avec couverture en bois) se trouvent respectivement au-dessus de la salle des Chevaliers et de la salle des Hôtes. Le cloitre, avec ses arcades lancées sur de fines colonnes disposées en quinconce, semble perdu entre ciel et terre. Il est d'une ornementation légère et raffinée. La nef et le transept de l'église abbatiale reposent sur le rocher, pendant que le chœur s'appuie sur la crypte des gros piliers. Cette abbatiale présente un mélange de roman et d'art gothique. Le Chœur est de style flamboyant.


Plans : Viollet le Duc


précédente - suivante