Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Haut-Landsbourg

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Abbaye de Trois-Fontaines, XIIe, XVIIIe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Fondation :
  • 1118
Sous le règne de :
  • Louis VI le Gros (1108-1137)
Grandes dates :
  • Seconde moitié du XIIe s. : construction de l’église « actuelle ».
  • 1716 : reconstruction d’une partie des bâtiments.
  • 1785 : l’abbatial est « restructurée ».
  • 1794 : l’abbaye est vendue comme bien national.
  • 1963/64 : des fouilles archéologiques permettent de retrouver le transept du XIIe siècle et le chœur du XVIIIe siècle
Principal intérêt :
  • Il est surprenant, dans un édifice cistercien, réputé pour son « dépouillement », de voir une telle profusion de décors (classiques aux accents baroques).
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1944. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Historique :

C’est sur des terres situées dans la forêt de Luiz (objet d’une donation d’Hugues de Vitry, abbé de Pontigny) que Guillaume de Champeaux -évêque de Châlons et ami de Bernard de Clairvaux- installe une poignée de moines, en octobre 1118, pour y fonder une abbaye. Celles-ci, asséchées et essartées, accueillent dans la seconde moitié du XIIe siècle l’église que nous connaissons aujourd’hui.

L’abbaye va traverser sans dommage, pendant plus de cinq siècles, les tumultes de l’Histoire (guerre de Cent Ans, guerres de Religion, guerre de Trente Ans). Le XVIIIe siècle va, par contre, fortement modifier sa physionomie. Le cloître, le dortoir ainsi que les bâtiments de la basse-cour sont reconstruits à partir de 1716 (conséquence d’un incendie en 1703 et de « saccages » en 1711). La mention 1741, inscrite sur le portail d’entrée, pourrait traduire l’année de la fin des travaux. En 1785, le dernier abbé -le cardinal de Bernis- « restructure » l’église (suppression du transept et du chœur) et l’a fait décorer au goût de l’époque par l’architecte Joyeux. Neuf ans plus tard, l’abbaye est vendue comme bien national et sert de carrière de pierres.

Une campagne de fouilles dans les années 1960 permet de mettre à jour le transept de l’église du XIIe siècle et le chœur (abside semi-circulaire) du XVIIIe siècle.

Description :

Le parc actuel de l’abbaye conserve, au sud-ouest, une partie de l’édifice du XVIIIe siècle et à l’ouest les « restes » de l’église du XIIe siècle.

On pénètre dans le parc par le portail d’entrée monumental donnant sur la cour d’honneur. Son bâtisseur, le cardinal de Tencin, fit apposer sur la galerie fermant cette cour les armes de l’abbaye. Deux hauts pavillons, venant prendre appui sur la galerie, se prolongeaient au nord-est pour former une seconde cour.
L’église n’a conservé que son portail occidental et qu’une partie de sa nef (quatre travées dont trois voûtées sur les huit initiales) avec ses deux étroits collatéraux.




précédente - suivante