Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Crest

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Basilique Notre-Dame d'Avioth, XIIIe, XVIe siècles.


La basilique :

La basilique surprend de loin à travers les champs, en offrant au regard du visiteur sa silhouette majestueuse.

L’organisation du bâtiment est assez classique, avec sa forme en croix latine au plan allongé à 3 vaisseaux. Un déambulatoire enserre le chœur, alors que la nef prend une dimension et une hauteur impressionnantes.

L’ensemble est majoritairement gothique, style dont on retrouve plusieurs époques. Il peut être d’une grande sobriété, mais aussi rayonnant au niveau des portails, de la rosace ou, à l’extérieur de la basilique, pour l’étonnante « Recevresse ». Ici et là cependant, on relève des éléments de style Renaissance.

On note la présence de vitraux du 15ème siècle, mais également d’une superbe chaire à prêcher datant de la fin du 16ème siècle. La chapelle Saint-Jean-l’Evangéliste est pour sa part marquée par le style Renaissance.

L’ensemble de la basilique possède une statuaire fort intéressante du 13ème au 18ème siècle. On remarquera notamment des statues polychromes du 16ème siècle suspendues aux piles de la nef.

La « Recevresse » :

Celle que l’on surnomme Notre-Dame des Champs possède une particularité supplémentaire : la « Recevresse ». S'appuyant sur le mur qui encerclait autrefois la basilique, ce petit édifice gothique, très ouvragé, a donné lieu à plusieurs interprétations. Certains y voient le lieu où les offrandes étaient données par les pèlerins (encore nombreux aujourd'hui) et d'autres le lieu où la Vierge aurait été trouvée et où se serait élevé l'oratoire primitif. Mais les recherches actuelles semblent plutôt pencher pour une autre origine : il s’agirait du siège du tribunal prévôtal, remplacé dès le 17ème siècle par la statue de la Vierge que l’on appellera vite la « Recevresse », puisqu’elle était l’objet des offrandes. C’est elle qui donna son nom à cet étrange édifice. L’élément est d’un tel singularisme, qu’une reproduction existe à la cité de l'architecture et du patrimoine à Paris !




précédente - suivante