Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Ortenbourg et Ramstein

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Abbaye de Maillezais, XIe, XVIe siècle.


Fondation :
  • 1005/1010
Sous le règne de :
  • Robert II le Pieux (996-1031)
Grandes dates :
  • Entre 970 et 977 : construction de la forteresse ducale.
  • Vers 1005-1010 : Théodelin « transfert » le monastère St-Pierre.
  • Vers 1065-1070 : Goderan lance un projet plus ambitieux.
  • Vers.1300 : le transept gothique est bâti.
  • XIVe siècle : le massif d’entrée occidental est muré.
  • Vers 1540 : le chœur Renaissance est construit.
  • 1589 : la place est fortifiée.
  • 1592 : la cathédrale et l’abbaye sont ruinées.
Principal intérêt :
  • L'abbaye de Maillezais, malgré sa destruction, conserve une « tour-porte » du Xème siècle, des bâtiments conventuels du XIVème siècle et des ruines somptueuses montrant l’évolution architecturale religieuse sur quatre siècles.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1924.
  • Propriété du Département.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.
 

Au début du XIème siècle, Guillaume le Grand, duc d’Aquitaine, confie au prieur Théodelin l’ile de Maillezais. Ce dernier, vers 1005/1010, « transfert » sur l’ile le monastère Saint Pierre, bâti trente ans plus tôt à quelques kilomètres de là par Emma, la mère du duc. L’habitat religieux est construit sur les ruines d’une forteresse ducale.

Environ un demi-siècle plus tard (vers 1065/1070), l’abbé Goderan bâtit une abbatiale plus « ambitieuse » mais au cours du chantier (vers 1080) les plans sont modifiés : un puissant massif d’entrée à deux tours prend place à l’ouest et un chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes est érigé à l’est.
L’abbaye, devenue une puissante fondation poitevine, attire la convoitise des seigneurs voisins. Au début du XIIIème siècle, Goeffroy de Lusignan en revendique les droits et la pille à plusieurs reprises.

Vers 1300, le transept est rebâtit dans le « style » du moment. L’hôtellerie et le bâtiment des convers, que nous voyons aujourd’hui, sont construits à cette même période. Dans ce même siècle, guerre de Cent Ans oblige, l’évêque Jean de Marconnay fait murer le massif occidental de l’abbaye et le dote d’un chemin de ronde.

La paix revenue, l’évêque Geoffroy d’Estissac (vers 1540) embellit l’abbaye et la dote d’un nouveau chœur. Mais cette paix est de courte durée. En 1589, Henri IV charge le capitaine huguenot Agrippa d’Aubigné de fortifier la place. Ruinée dès 1592, par les prises successives des catholiques et des protestants, l’abbaye est abandonnée au XVIIème siècle et devient carrière de pierres vers 1800.
En 1996, les ruines deviennent propriété du département de la Vendée qui en démarre la restauration.




précédente - suivante