Monuments :
Antiquité
Moyen âge
XVI-XVIIIe siècle

Architecture militaire
Chateaux
Edifices religieux
Patrimoine maritime
Visites 3D
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Bourdeilles

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de St Germain en Laye, XVIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Vers 1124.
Sous le règne de :
  • Par et sous Louis VI le Gros (1108-1137) pour le château médiéval.
  • Par et sous François Ier (1515-1547) pour le château Renaissance.
Grandes dates :
  • 1230 : Début du chantier de la chapelle.
  • 1346 : La place est incendiée par les Anglais.
  • 1364 : Charles V entreprend la construction d'une forteresse-palais.
  • 1440 : Les Français reprennent Saint-Germain aux Anglais.
  • 1539 : François Ier lance le chantier d'un palais Renaissance.
  • 1547 : Le coup de Jarnac. Duel entre Guy Chabot, baron de Jarnac, et La Chastaigneraie.
  • 1638 : Naissance du futur Louis XIV à Saint-Germain.
  • 1682 : La cour abandonne Saint-Germain pour Versailles.
  • 1689 : Les Stuart en exil à Saint-Germain.
  • 1713 : Les Stuart sont contraints de quitter Saint-Germain.
  • 1777 : Louis XVI donne le Château Neuf au comte d'Artois.
  • Apr. 1789 : Le château devient tour à tour prison et hôpital.
  • 1809 : Napoléon Ier crée une école de cavalerie à Saint-Germain.
  • 1815 : Les Anglais occupent Saint-Germain.
  • 1836 : Louis-Philippe transforme Saint-Germain en prison militaire.
  • 1862 : Début des travaux d'aménagement du musée.
  • 1867 : Inauguration du Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines.
  • 1919 : Traité de Saint-Germain-en-Laye. Les alliés signent la paix avec l'Autriche.
Principal intérêt :
  • Le site de Saint-Germain présente des éléments architecturaux du XIIe au XIXe siècle. Presque chaque monarque, de Louis VI à Napoléon III, y a laissé son empreinte. De l'époque médiévale subsistent le donjon et la magnifique chapelle. La Renaissance nous à légué la structure du Château Vieux et l'étonnante salle de Mars. Modifié à l'époque classique, il est restauré au XIXe siècle dans l'esprit de la Renaissance.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1862. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Le château fort :

Le roi Louis VI (1108-1137) est conquis par le site en raison de la proximité de la giboyeuse forêt de Laye, et y fonde en 1122-1124 une première forteresse. Il en subsiste le donjon quadrangulaire, largement réaménagé durant les siècles suivants. Louis IX (1226-1270) apprécie également le séjour et y entreprend d'importants travaux. Il y élève notamment, entre 1230 et 1238, la belle chapelle castrale. Le château et le bourg de Saint-Germain sont entièrement rasés par les troupes d'Edouard III en 1346, peu avant la bataille de Crécy (26 août 1346). Philippe VI de Valois et Jean II le Bon délaissent les lieux, contrairement à Charles V (1364-1380) qui y édifie un palais entre 1364 et 1367. Dans l'ancien donjon de Louis le Gros est installé le cabinet d'étude du roi. Les Anglais s'emparent de la place vers 1420 et l'occupent jusqu'en 1440.

La Renaissance :

La destinée royale de Saint-Germain se confirme avec le mariage, dans la chapelle, du jeune François d'Angoulême (futur François Ier) avec Claude de France, fille unique du roi Louis XII (1498-1515), le 18 octobre 1514. C'est François Ier, monarque sans cesse impécunieux mais toujours dispendieux, qui lance le chantier d'un nouveau château en 1539. Saint-Germain vient s'ajouter à la longue liste de ses réalisations : Chambord, Fontainebleau, Blois, le Louvre, Villers-Cotterêts… Les travaux sont menés par Pierre de Chambiges et surtout Philibert Delorme, également connu pour sa participation à Fontainebleau, aux Tuileries et à Anet. La salle de bal située au premier étage de l'aile ouest, désignée sous le nom de salle de Mars, n'a pas encore reçu sa couverture lorsque le roi s'éteint, le 31 mars 1547. La même année, au mois de juillet, se déroule sur l'esplanade du château un duel appelé à entrer dans la légende. Guy Chabot, baron de Jarnac, affronte le sire de La Chastaigneraie. Par une passe d'arme devenue proverbiale (le coup de Jarnac), Chabot tranche le jarret de son adversaire qui succombera quelques jours plus tard des suites de sa blessure.

Il revient à Henri II, né et baptisé à Saint-Germain, de terminer l'œuvre paternelle. La salle de Mars est inaugurée en grandes pompes le 19 mai 1549, par un immense banquet donné en l'honneur de la naissance du prince Louis (décédé un an plus tard). En 1559, l'ensemble compte pas moins de 8 000 m² habitables, 7 chapelles, 55 logis, une cuisine et une prison. Henri II entame également la construction d'un second palais, plus à l'est et dominant la Seine (le Château Neuf), dont il confie la réalisation à Le Primatice, déjà actif à Fontainebleau. Il sera achevé sous Henri IV (1572-1610) par les architectes Louis Métezeau et Baptiste Androuet du Cerceau. Ce dernier a notamment pris la suite de Pierre Lescot au Louvre et n'est autre que le fils de Jacques Androuet du Cerceau, auteur des Plus excellents bastiments de France.

L'âge d'or :

Louis XIV naît à Saint-Germain en 1638 et y séjourne quasiment en permanence. Le Roi Soleil ne jure que par la démesure. Il lui faut davantage de place pour loger sa nombreuse cour. Il délaisse le Château Neuf, devenu insalubre, pour s'installer dans le Château Vieux. Sous la baguette de Jules Hardouin Mansart s'élèvent cinq pavillons d'angles. Jardins et terrasses sont dessinés par Le Nôtre. Saint-Germain devient de facto la capitale politique du royaume de France. Les noms les plus prestigieux de ce temps sillonnent les couloirs du palais : Mazarin, Madame de Montespan, le grand Condé, Turenne, Louvois, le surintendant Fouquet, Colbert… Molière donne dans la salle de Mars, transformée en théâtre et rebaptisée salle des Comédies, les premières représentations de l'Avare et du Bourgeois Gentilhomme, rythmées par la musique de Jean-Baptiste Lulli. Le roi en personne participe au spectacle en 1666 dans Le bal des muses.

Le déclin :

Mais déjà l'âge d'or touche à sa fin. Louis XIV a lancé le chantier de Versailles en 1668 et il abandonne Saint-Germain en 1682. Le château est vidé de ses meubles et de ses occupants. Il retrouve toutefois un semblant de vie à partir de 1689, en devenant le refuge du roi d'Angleterre déchu, Jacques II Stuart. Il y meurt le 16 septembre 1701. Sa famille demeure dans les lieux jusqu'en 1713, date à laquelle Louis XIV signe le traité d'Utrecht, entérinant la paix avec la nouvelle dynastie anglaise. Son fils Jacques III Stuart, dit le Prétendant (ou le Chevalier de Saint-Georges), doit quitter la France avec les siens. Coquille sans âme, le palais ne suscite désormais plus aucun intérêt aux yeux de la couronne. Louis XVI octroie la Château Neuf à son frère Charles, comte d'Artois (le futur Charles X). Celui-ci le fait presque entièrement détruire. Sous la Révolution et le Premier Empire, Saint-Germain devient tour à tour prison, hôpital et école de cavalerie. Il sert de lieux de garnison aux forces anglaises d'invasion après la bataille de Waterloo (18 juin 1815). Louis-Philippe le confie à l'armée pour y installer une prison militaire. Des geôles sont compartimentées dans les anciens appartements royaux ou princiers !

Une seconde " Renaissance " :

Napoléon III se penche sur le chevet de la vieille bâtisse et décide d'y installer le Musée des Antiquités celtiques et gallo-romaines. L'architecte Eugène Millet, disciple d'Eugène Viollet le Duc, détruit les pavillons érigés par Mansart au XVIIe siècle et restitue l'aspect du palais au temps de sa splendeur. Le musée est inauguré au cours de l'année 1867 en présence de l'empereur. La vieille bâtisse est encore le témoin muet d'un événement historique majeur : le 10 septembre 1919, les alliés y signent la paix avec l'Autriche. Le château de Saint-Germain abrite aujourd'hui les fabuleuses collections du Musée des Antiquités Nationales.




précédente - suivante